Informations écopâturage – Lotissement Bataflème

Informations

Ce qu’il faut retenir :

Liserais-peinture

Les habitants de Bataflème ont sans doute remarqué de nouveaux hôtes dans la prairie qui entoure le ruisseau nouvellement reméandré de la Rebillarderie. Des moutons, ou plutôt des brebis et leurs agneaux y pâturent. La municipalité a en effet décidé la pratique de l’écopâturage pour l’entretien de cet espace remanié en vu d’améliorer l’hydrologie et favoriser la biodiversité.

Le pâturage tournant des ovins, réalisé au printemps et à l’automne en alternant régulièrement avec une fauche, permettra de garder ces 1,5 hectares ouverts tout en respectant une diversité dynamique d’espèces prairiales. Un fort chargement d’animaux sur une petite surface pendant quelques jours permet une consommation plus complète de la hauteur d’herbe et favorise une meilleure repousse (même si l’épiaison très précoce des graminées cette année les rend moins appétentes et créera forcement davantage de refus par les animaux). Les abords immédiats du ruisseau vont en revanche être laissés en évolution naturelle et fauchés seulement en fin de saison, permettant ainsi à la faune environnante de s’y reproduire. Il est aussi envisagé la plantation d’une ligne d’arbres, notamment pour servir d’abri et ombrage aux animaux.

Suite au reméandrage du ruisseau réalisé par le SMBVAR (Syndicat mixte des Basses Vallées Angevines et de la Romme), la municipalité va maintenant gérer ce site avec les conseils de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux du 49 qui s’occupe plus globalement des problématiques de biodiversité). Morgan Lescoët, éleveuse à Champtocé et pratiquant l’écopâturage sur différents sites privés ou communaux, introduira donc périodiquement ses animaux selon leurs recommandations, et veillera à leur changement de parc et leur abreuvement.

Il est demandé aux promeneurs de respecter la clôture (électrifiée), de ne pas donner d’autres aliments aux brebis (pain ou autre), et de tenir leurs chiens pour ne pas affoler le troupeau. S’agissant d’animaux, des sorties d’enclos inopinées sont toujours possibles. Si vous le constatez, vous pourrez prévenir Morgan en appelant au numéro indiqué sur la clôture.

D’avance merci aux riverains d’accepter cette nouvelle cohabitation.

image